MINI PAM II

Le fluorimètre de la chlorophylle compacte, puissant et robuste.

Le  MINI PAM II est meilleure réponse à la recherche de la portabilité, de performance et de facilité d’emploi.

Description

Mini Pam
Mini Pam II

Le nouveau fluorimètre MINI-PAM-II combine les mérites mondialement reconnus de son prédécesseur « MINI-PAM » avec l’apport des LED modernes et de la technologie informatique.

La sensibilité, les petites dimensions, la fiabilité dans des conditions exigeantes et l’exécution simple de l’analyse de fluorescence font du MINI-PAM-II le nouveau standard de la fluorométrie PAM dans la recherche sur le terrain.

Mini Pam
Mini Pam II

Les fibres optiques, testées avec soin, avec un diamètre actif de 5,5 mm ou 2 mm atteignent même des échantillons cachés.

Mini Pam II
Mini Pam II

Les mesures dans les conditions de champ sont facilement contrôlées et surveillées par un écran tactile transflectif.

Des sources LED à haut rendement énergétique, une capacité de stockage de 27 000 ensembles de données et des batteries faciles à remplacer, disponibles sur le marché, permettent des campagnes de recherche à long terme dans des endroits éloignés.

Une nouvelle pince à feuilles entièrement numérique combine une analyse de fluorescence avec des mesures de rayonnement photosynthétiquement actif (PAR), la température des feuilles et l’humidité relative.

Le système est évolutif par l’extension de ses capacités grâce à des accessoires tels que la lampe multicolore externe, le capteur optique d’oxygène et le scanner de code à barres.

La synchronisation en microseconde permet au fluorimètre MINI-PAM-II d’utiliser la même LED pour la source de mesure PAM, la lumière actinique et les flashs de saturation. La lumière de mesure correspond aux flashs μs d’amplitude constante, la lumière actinique est une lumière quasi-constante utilisée pour activer la photosynthèse et les flashs de saturation saturent temporairement la photosynthèse primaire de sorte que tous les centres réactionnels du photosystème II sont «fermés».

Étant un fluorimètre PAM, le dispositif MINI-PAM-II enregistre uniquement la fluorescence induite par la lumière  de mesure. La fluorescence excitée par la lumière actinique interne, les flashs de saturation ou la lumière extérieure constante, comme le rayonnement solaire, n’est pas mesurée. Par conséquent, la MINI-PAM-II détermine comment les facteurs environnementaux modulent l’efficacité de la conversion de la lumière de mesure en fluorescence. Ces « données de fluorescence PAM » sont nécessaires pour récupérer des informations sur la photosynthèse primaire comme l’efficacité photosynthétique du photosystème II, Y (II).

Une deuxième LED du MINI-PAM-II émet une lumière rouge lointain. Cette LED excite de préférence le photosystème I mais est très peu absorbée par le photosystème II. Une routine de mesure spéciale utilise cette LED rouge lointain pour déterminer le niveau de fluorescence F0 ‘qui est important pour évaluer correctement l’état de réduction des centres réactionnels du photosystème II.

Logiciel WinControl-3
Logiciel WinControl-3

Le MINI-PAM-II peut être utilisé via un ordinateur Windows exécutant le logiciel WinControl-3. Le même logiciel est utilisé pour les fluoromètres DIVING-PAM, MONITORING-PAM, et JUNIOR-PAM, PAM utilisés via l’interface PAM-CONTROL (MICROSCOPY-PAM, MICROFIBER-PAM et WATER-PAM) as ainsi que le lecteur enregistreur de mesures de lumière ULM-500.

VERSIONS LED Bleue / LED Rouge

MINI-PAM-II/B et MINI-PAM-II/R

La couleur de la lumière émise par la LED primaire distingue la version BLEUE de la version ROUGE du fluorimètre MINI-PAM-II (figure 1). La version BLEUE (MINI-PAM-II/B) possède une LED bleue émettant en pic à 475 nm qui est remplacée par une LED rouge émettant en pic à 655 nm dans la version ROUGE (MINI-PAM-II/R). Les deux versions ont une seconde LED fournissant la lumière rouge lointain pour l’excitation spécifique du photosystème I.

figure 1

La deuxième différence entre les deux versions est la fenêtre spectrale pour la détection de fluorescence. La version BLEUE détecte la fluorescence à des longueurs d’onde> 630 nm, mais la version ROUGE détecte la fluorescence à des longueurs d’onde> 700 nm (figure 2).

Aspects à considérer pour le choix de la version de votre MNI-PAM-II :

  • La fenêtre de détection pour la fluorescence de la version BLEUE s’étend à 640 nm mais la version ROUGE détecte uniquement la fluorescence à des longueurs d’onde supérieures à 700 nm (figure 2). En principe, sa gamme étendue pour la détection de fluorescence rend la version BLEUE plus sensible que la version ROUGE parce que le photosystème II fluoresce entre 650 et 700 nm. Dans les feuilles entièrement vertes, cependant, une grande partie de cette fluorescence à courte longueur d’onde (650-700 nm) est réabsorbée par la chlorophylle, de sorte que le gain de sensibilité de la version BLEUE est modéré. Lorsque la réabsorption (et également le signal de fluorescence) est faible, comme dans les feuilles extrêmement blanchies, la sensibilité accrue de la version BLEUE peut être avantageuse.
  • Le MINI-PAM-II peut être utilisé pour étudier les lichens ou les tapis microbiens photosynthétiques. Les cyanobactéries présentes dans ces biofilms absorbent souvent mal dans le bleu. Par conséquent, la version ROUGE est normalement préférée pour les études sur les cyanobactéries.
  • La lumière actinique bleue du MINI-PAM-II/B excite la large bande de longueurs d’onde du complexe principal collecte de photons du photosystème II dans les plantes supérieures (LHC II). La lumière rouge du MINI-PAM-II/R excite en comparaison la bande de longueur d’onde du LHC II en moindre quantité. Par conséquent, si l’excitation du LHC II est importante, la version BLEUE est recommandée.
  • Le bleu est absorbé par des photorécepteurs de lumière bleue qui peuvent stimuler les réponses des plantes comme la délocalisation des chloroplastes et les mouvements stomatiques. Par conséquent, la version BLEUE peut être avantageuse lorsque les réponses de lumière bleue sont intéressantes. La délocalisation des chloroplastes basée sur la lumière bleue peut toutefois affecter le signal de fluorescence en modifiant l’efficacité de l’absorption de la lumière qui est difficile à distinguer des effets de quenching de fluorescence en présence d’une haute énergie incidente.

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MINI PAM II”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *